• VB Forensic

Procès Lamine Diack: l’ex-patron de l’IAAF mal à l'aise sur le volet «abus de confiance»


Alors que le procès de l'ancien président de la fédération internationale d’athlétisme (IAAF) et ses cinq co-prévenus entre dans sa deuxième et dernière semaine, le tribunal s’est penché ce lundi 15 juin sur le volet « abus de confiance » qui concerne uniquement Lamine Diack et Papa Massata Diack, son fils, ex-conseiller marketing de l’IAAF. 


Pour l’accusation, Papa Massata Diack s’est octroyé des millions d’euros qui auraient dû revenir à l’IAAF, en prenant des commissions exorbitantes ou en imposant ses sociétés comme intermédiaires dans les négociations avec plusieurs sponsors. Il est poursuivi pour recel de l’abus de confiance dont est accusé Lamine Diack pour avoir placé son fils en position de faire ces détournements présumés.

Partie civile, la fédération internationale d'athlétisme réclame aujourd’hui plus de 40 millions d’euros. Interrogé sur ces contrats et montages financiers, Lamine Diack semble mal à l'aise. Il multiplie les « Je n’sais pas » ou bien  « Je n’me souviens plus », avançant même : « Vous savez, je suis en train de devenir un vieux clou ».

« Enfin M. Diack, ça ne vous posait pas de problème que votre fils cumule les casquettes ? Qu’en même temps qu’il négociait pour l’IAAF avec un sponsor, il se fasse embaucher comme consultant par ce même sponsor ? », le presse la présidente. « Dans ce cas-là, ça pose problème », finit-il par reconnaître. Et de glisser, agacé, à son avocat : « C’est quand même dommage qu’il ne soit pas venu », évoquant son co-accusé de fils réfugié à Dakar.


C’est ensuite au procureur de mettre Lamine Diack en difficulté : « En 4 ans, vous avez reçu 620 000 euros de Papa Massata Diack ou de ses sociétés sur vos comptes en France, à Monaco ou au Sénégal. A quoi correspondent ces sommes ? »

Silence.

« Je ne vous demande pas forcément le détail des virements mais leur motif », relance le magistrat. « Je ne me rappelle pas à quoi ça correspond », se défend l’octogénaire. « Mais c’est une somme énorme… On se souvient au moins du montant ! Ou pour vous, ce n’est pas grand-chose ?! », s’exclame le procureur. Lamine Diack le toise mais reste muet.


Rôle joué par Papa Massata Diack

S’il n’a jamais répondu à la justice française, Papa Massata Diack a finalement été interrogé au Sénégal en novembre dernier, en exécution d’une commission rogatoire française de 2016. Selon la présidente, Papa Massata Diack a alors réfuté toutes les charges portées contre lui, à commencer par celles de corruption.

Accusé d’avoir recueilli sur l’un de ses comptes à Singapour d’importantes sommes soutirées à des athlètes dopés en échange d’une protection contre des sanctions, Papa Massata Diack s’est défendu ainsi : « J'ai gagné pas loin de 10 millions de dollars de commissions sur des contrats de sponsoring et de droits de TV. Je n'avais donc pas besoin de solliciter les athlètes pour couvrir des cas de dopage ».


Il a également démenti avoir versé des pots-de-vin à des membres de la fédération pour qu’ils ferment les yeux sur le ralentissement des procédures disciplinaires à l’encontre des Russes. Et ce, a rappelé la présidente, malgré la mention de plusieurs remises d’argent dans un mail qu’il avait adressé à son père, en juillet 2013. C’était des « suggestions » que son père a refusé, a-t-il expliqué.

Dans ce mail, il était aussi question des campagnes électorales sénégalaises. Papa Massata Diack y mentionnait aussi « le rôle politique joué par la Russie dans les combats politiques » de Lamine Diack « au Sénégal en 2012, présidentielles et legislatives ».


Lors de son audition pourtant, Papa Massata Diack a assuré n’avoir « participé à aucune discussion avec les Russes sur le financement des campagnes électorales ». Il a ainsi contesté avoir reçu 1,5 millions de dollars de Valentin Balakhnitchev, en contrepartie de l’accord passé avec Lamine Diack, contrairement à ce que son père avait affirmé en garde à vue et qui vaut aux trois hommes d’être poursuivis pour blanchiment en bande organisée.

Enfin, Papa Massata Diack a démenti s’être approprié des millions d’euros de recettes de l’IAAF sur des contrats de sponsor, un volet dans lequel père et fils sont accusés d’abus et recel d’abus de confiance et sur lequel Lamine Diack s’est donc expliqué ce lundi après-midi au tribunal correctionnel de Paris.


Source originale : http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200615-proces-lamine-diack-ancien-patron-athletisme-mondial-abus-confiance

1 view
  • Facebook Social Icône

Find us on Facebook

  • LinkedIn Social Icône

Find us on Linkedin

+242 06 695-04-53

116 Gouverneur Général Félix Éboué Avenue, Mpila, Immeuble R+3 - 2nd floor, B.P 1916, Brazzaville, Congo

© 2020 by VB Forensic. All rights reserved.